Главная Обратная связь Поможем написать вашу работу!

Дисциплины:

Архитектура (936)
Биология (6393)
География (744)
История (25)
Компьютеры (1497)
Кулинария (2184)
Культура (3938)
Литература (5778)
Математика (5918)
Медицина (9278)
Механика (2776)
Образование (13883)
Политика (26404)
Правоведение (321)
Психология (56518)
Религия (1833)
Социология (23400)
Спорт (2350)
Строительство (17942)
Технология (5741)
Транспорт (14634)
Физика (1043)
Философия (440)
Финансы (17336)
Химия (4931)
Экология (6055)
Экономика (9200)
Электроника (7621)






Car, pour les vaniteux, les autres hommes sont des admirateurs. 8 часть



Seuls (только: „одни /только/“), l'allumeur de l'unique réverbère du pôle Nord (зажигатель единственного фонаря на Северном полюсе), et son confrère (и его собрат) de l'unique réverbère du pôle Sud, menaient des vies (вели жизни = образ жизни) d'oisiveté (праздности, f) et de nonchalance (и беспечности, беззаботности, f): Ils travaillaient deux fois par an (они работали два раза в год, m).

 

Vu d'un peu loin ça faisait un effet splеndide. Les mouvements de cette armée étaient réglés comme ceux d'un ballet d'opéra. D'abord venait le tour des allumeurs de réverbères de Nouvelle-Zélande et d'Australie. Puis ceux-ci, ayant allumé leurs lampions, s'en allaient dormir. Alors entraient à leur tour dans la danse les allumeurs de réverbères de Chine et de Sibérie. Puis eux aussi s'escamotaient dans les coulisses. Alors venait le tour des allumeurs de réverbères de Russie et des Indes. Puis de ceux d'Afrique et d'Europe. Puis de ceux d'Amérique du Sud. Puis de ceux d'Amérique du Nord. Et jamais ils ne se trompaient dans leur ordre d'entrée en scène. C'était grandiose.

Seuls, l'allumeur de l'unique réverbère du pôle Nord, et son confrère de l'unique réverbère du pôle Sud, menaient des vies d'oisiveté et de nonchalance: Ils travaillaient deux fois par an.

 

XVII

 

Quand on veut faire de l'esprit (когда хочешь сострить: „сделать ум, m, остроумие“), il arrive que l'on mente un peu (случается, что врешь немного = привираешь: mentir). Je n'ai pas été très honnête (я не был очень честен) en vous parlant des allumeurs de réverbères (говоря ыам о фонарщиках). Je risque de donner une fausse idée de notre planète (я рискую дать ложную идею = понятие о нашей планете) à ceux qui ne la connaissent pas (тем, кто ее не знают). Les hommes occupent très peu de place sur la terre (люди занимают очень мало места на земле). Si les deux milliards d'habitants (если бы два миллиарда жителей) qui peuplent la Terre (которые населяют землю) se tenaient (держались) debout (стоя) et un peu serrés (и немного стесненные: „сжатые“), comme pour un meeting (как для митинга), ils logeraient aisément (они разместились бы легко) sur une place publique (на площади) de vingt milles de long (двадцати миль длины) sur vingt milles de large (на двадцать миль ширины). On pourrait entasser l'humanité (можно было бы нагромоздить, свалить в кучу человечество) sur le moindre (на самом маленьком, малейшем) petit îlot du Pacifique (маленьком островке Тихого океана).



 

Quand on veut faire de l'esprit, il arrive que l'on mente un peu. Je n'ai pas été très honnête en vous parlant des allumeurs de réverbères. Je risque de donner une fausse idée de notre planète à ceux qui ne la connaissent pas. Les hommes occupent très peu de place sur la terre. Si les deux milliards d'habitants qui peuplent la terre se tenaient debout et un peu serrés, comme pour un meeting, ils logeraient aisément sur une place publique de vingt milles de long sur vingt milles de large. On pourrait entasser l'humanité sur le moindre petit îlot du Pacifique.



 

Les grandes personnes, bien sûr, ne vous croiront pas (взрослые, конечно, вам не поверят). Elles s'imaginent tenir beaucoup de place (они воображают себе занимать: „держать“ много места = им кажется, что они занимают много места). Elles se voient (они кажутся себе: „видят себя“) importantes comme des baobabs (важными, как баобабы). Vous leur conseillerez donc (вы им посоветуйте поэтому: „итак“) de faire le calcul (сделать подсчет, расчет). Elles adorent les chiffres (они обожают цифры): ça leur plaira (это им понравится). Mais ne perdez pas votre temps à ce pensum (но не теряйте вашего времени на эту арифметику: un pensum – дополнительное задание к уроку /как наказание/; нудная письменная работа). C'est inutile (это бесполезно; utile – полезно). Vous avez confiance en moi (вы имеете доверие ко мне: „в меня“ = вы мне верите).

 

Les grandes personnes, bien sûr, ne vous croiront pas. Elles s'imaginent tenir beaucoup de place. Elles se voient importantes comme des baobabs. Vous leur conseillerez donc de faire le calcul. Elles adorent les chiffres: ça leur plaira. Mais ne perdez pas votre temps à ce pensum. C'est inutile. Vous avez confiance en moi.

 

Le petit prince, une fois sur terre (маленький принц, попав на землю: „один раз на земле“), fut bien surpris (был весьма удивлен) de ne voir personne (никого не увидев: „не видеть никого“). Il avait déjà peur (он уже испугался: „имел уже страх, f“) de s'être trompé de planète (что ошибся планетой), quand un anneau (когда кольцо) couleur de lune (цвета луны) remua dans le sable (шевельнулось в песке).

–Bonne nuit (доброй ночи, спокойной ночи), fit le petit prince à tout hasard (сказал: „сделал“ маленький принц на всякий случай).



–Bonne nuit, fit le serpent (змея).

–Sur quelle planète suis-je tombé (на какую планету я упал = попал)? demanda le petit prince (спросил маленький принц).

–Sur la Terre, en Afrique, répondit le serpent (на Землю, в Африку, ответила змея).

–Ah!... Il n'y a (нету) donc (итак) personne sur la Terre (никого на Земле)?

–Ici c'est le désert (здесь пустыня). Il n'y a personne dans les déserts (никого нет в пустынях). La Terre est grande (Земля большая), dit le serpent.

 

Le petit prince, une fois sur terre, fut bien surpris de ne voir personne. Il avait déjà peur de s'être trompé de planète, quand un anneau couleur de lune remua dans le sable.

–Bonne nuit, fit le petit prince à tout hasard.

–Bonne nuit, fit le serpent.

–Sur quelle planète suis-je tombé? demanda le petit prince.

–Sur la Terre, en Afrique, répondit le serpent.

–Ah!... Il n'y a donc personne sur la Terre?

–Ici c'est le désert. Il n'y a personne dans les déserts. La Terre est grande, dit le serpent.

 

Le petit prince s'assit sur une pierre (сел на камень: s'asseoir) et leva les yeux vers le ciel (и поднял глаза к небу):

–Je me demande, dit-il (я спрашиваю себя, сказал он), si les étoiles sont éclairées (светятся ли звезды: „освещены, зажжены ли звезды») afin que chacun puisse un jour (чтобы каждый мог бы однажды: pouvoir) retrouver la sienne (отыскать свою; trouver – найти; retrouver – найти снова, отыскать). Regarde ma planète (посмотри на мою планету). Elle est juste au-dessus de nous (она точно над нами)... Mais comme elle est loin (но как она далека)!

–Elle est belle (она красива), dit le serpent. Que viens-tu faire ici (что пришел ты делать здесь)?

–J'ai des difficultés avec une fleur (у меня трудности с цветком), dit le petit prince.

–Ah! fit le serpent.

Et ils se turent (и они замолчали: se taire).

–Où sont les hommes (где люди)? reprit (продолжил, возобновил /разговор/; prendre – брать; reprendre – брать снова, возобновлять /разговор/ ) enfin (наконец) le petit prince. On est un peu seul (чувствуешь себя немного одиноким: „есть немного одинок“) dans le désert (в пустыне)...

–On est seul aussi chez les hommes (чувствуешь себя одиноким и у людей = среди людей), dit le serpent.

 

Le petit prince s'assit sur une pierre et leva les yeux vers le ciel:

–Je me demande, dit-il, si les étoiles sont éclairées afin que chacun puisse un jour retrouver la sienne. Regarde ma planète. Elle est juste au-dessus de nous... Mais comme elle est loin!

–Elle est belle, dit le serpent. Que viens-tu faire ici?

–J'ai des difficultés avec une fleur, dit le petit prince.

–Ah! fit le serpent.

Et ils se turent.

–Où sont les hommes? reprit enfin le petit prince. On est un peu seul dans le désert...

–On est seul aussi chez les hommes, dit le serpent.

 

Le petit prince le regarda longtemps:

–Tu es une drôle de bête (ты чуднóе животное), lui dit-il enfin (сказал он ему наконец), mince comme un doigt (тонкое, как палец)...

–Mais je suis plus puissant (но я могущественней: „более могущественная“) que le doigt d'un roi (чем палец короля), dit le serpent.

Le petit prince eut un sourire (улыбнулся: „имел улыбку“):

–Tu n'est pas bien puissant (ты не могущественная)... tu n'as même pas de pattes (ты не имеешь даже лап: une patte)... tu ne peux même pas voyager (ты не можешь даже путешествовать).

–Je puis t'emporter plus loin qu'un navire (я могу унести тебя дальше, чем корабль), dit le serpent.

Il s'enroula (она обвилась: „он обвился“) autour de la cheville du petit prince (вокруг щиколотки маленького принца), comme un bracelet d'or (как золотой браслет):

–Celui que je touche (тот, кого я трону, трогаю), je le rends à la terre (я его возвращаю земле: rendre) dont (из которой, откуда) il est sorti (он вышел: sortir), dit-il encore (сказала она еще = добавила, продолжила). Mais tu es pur (но ты чист) et tu viens d'une étoile (и ты прибыл со звезды)...

Le petit prince ne répondit rien (не ответил ничего: répondre).

–Tu me fais pitié (мне тебя жаль: „ты мне делаешь = вызываешь у меня жалость“), toi si faible (ты – такой слабый), sur cette Terre de granit (на этой гранитной Земле, Земле из гранита). Je puis t'aider un jour (я могу, смогу помочь тебе однажды) si tu regrettes trop ta planète (если ты пожалеешь очень: „слишком“ о твоей /покинутой/ планете: regretter – сожалеть). Je puis...

–Oh! J'ai très bien compris (я очень хорошо понял: comprendre), fit le petit prince, mais pourquoi parles-tu toujours (но почему ты говоришь все время) par énigmes (загадками: une énigme)?

–Je les résous toutes (я их решаю, разрешаю все: résoudre), dit le serpent.

Et ils se turent (и они замолчали).

 

Le petit prince le regarda longtemps:

 

–Tu es une drôle de bête, lui dit-il enfin, mince comme un doigt...

–Mais je suis plus puissant que le doigt d'un roi, dit le serpent.

Le petit prince eut un sourire:

–Tu n'est pas bien puissant... tu n'as même pas de pattes... tu ne peux même pas voyager.

–Je puis t'emporter plus loin qu'un navire, dit le serpent.

Il s'enroula autour de la cheville du petit prince, comme un bracelet d'or:

–Celui que je touche, je le rends à la terre dont il est sorti, dit-il encore. Mais tu es pur et tu viens d'une étoile...

Le petit prince ne répondit rien.

–Tu me fais pitié, toi si faible, sur cette Terre de granit. Je puis t'aider un jour si tu regrettes trop ta planète. Je puis...

–Oh! J'ai très bien compris, fit le petit prince, mais pourquoi parles-tu toujours par énigmes?

–Je les résous toutes, dit le serpent.

Et ils se turent.

 

XVIII

 

Le petit prince traversa le désert (маленький принц пересек пустыню) et ne rencontra qu'une fleur (и не встретил ничего, кроме цветка). Une fleur à trois pétales (цветок о трех лепестках), une fleur de rien du tout (цветок совершенно незначительный, невзрачный: rien du tout – вовсе ничего, вовсе нет)...

–Bonjour, dit le petit prince (здравствуйте, добрый день, сказал маленький принц).

–Bonjour, dit la fleur.

–Où sont les hommes (где люди)? demanda poliment le petit prince (спросил вежливо маленький принц; poli – полированный, гладкий; вежливый).

La fleur, un jour (однажды: „один день“), avait vu (видел: voir) passer (проходить = как проходил) une caravane (караван):

–Les hommes? Il en existe (их существует), je crois (я полагаю: croire), six ou sept (шесть или семь). Je les ai aperçus (я их видел, заметил: apercevoir) il y a des années (много лет назад: „имеются годы“). Mais on ne sait jamais (но никогда не знаешь: savoir) où les trouver (где их найти). Le vent les promène (ветер их носит, гонит). Ils manquent de racines (у них нет корней: „им не хватает корней“: une racine), ça les gêne beaucoup (это им очень мешает: „мешает, стесняет много“).

–Adieu, fit le petit prince (прощайте, сказал: „сделал“ маленький принц).

–Adieu, dit la fleur.

 

Le petit prince traversa le désert et ne rencontra qu'une fleur. Une fleur à trois pétales, une fleur de rien du tout...

–Bonjour, dit le petit prince.

–Bonjour, dit la fleur.

–Où sont les hommes? demanda poliment le petit prince.

La fleur, un jour, avait vu passer une caravane:

 

–Les hommes? Il en existe, je crois, six ou sept. Je les ai aperçus il y a des années. Mais on ne sait jamais où les trouver. Le vent les promène. Ils manquent de racines, ça les gêne beaucoup.

–Adieu, fit le petit prince.

–Adieu, dit la fleur.

 

XIX

 

Le petit prince fit l'ascension (маленький принц поднялся: „сделал подъем, восхождение“) d'une haute montagne (на высокую гору: „высокой горы“). Les seules montagnes (единственные горы) qu'il eût jamais connues (которые он когда-либо знал) étaient les trois volcans (были три вулкана) qui lui arrivaient au genou (которые ему достигали до колена). Et il se servait (и он пользовался) du volcan éteint (погасшим вулканом) comme d'un tabouret (как табуреткой). "D'une montagne haute comme celle-ci (с /такой/ высокой горы, как эта), se dit-il donc (сказал он себе, поэтому), j'apercevrai (я увижу) d'un coup (сразу: „одним ударом“) toute la planète et tous les hommes (всю планету и всех людей)..." Mais il n'aperçut rien (но он не увидел ничего) que des aiguilles de roc (кроме острых скал: „игл скал“: une aiguille) bien aiguisées (хорошо заостренных).

–Bonjour (здравствуйте), dit-il à tout hasard (сказал он на всякий случай).

–Bonjour... Bonjour... Bonjour... répondit l'écho (ответило эхо).

–Qui êtes-vous (кто вы)? dit le petit prince.

–Qui êtes-vous... qui êtes-vous... qui êtes-vous... répondit l'écho.

–Soyez mes amis (будьте моими друзьями), je suis seul (я одинок, один), dit-il.

–Je suis seul... je suis seul... Je suis seul... répondit l'écho.

"Quelle drôle de planète (какая чуднáя планета)! pensa-t-il alors (подумал он тогда). Elle est toute sèche (она совершенно сухая), et toute pointue (острая, остроконечная = вся в иглах) et toute salée (соленая).

Et les hommes manquent d'imagination (и людям не хватает воображения). Ils répètent ce (они повторяют то) qu'on leur dit (что им говорят)... Chez moi j'avais une fleur (у меня /дома/ я имел цветок): elle parlait toujours la première (она говорила всегда первой)..."

 

Le petit prince fit l'ascension d'une haute montagne. Les seules montagnes qu'il eût jamais connues étaient les trois volcans qui lui arrivaient au genou. Et il se servait du volcan éteint comme d'un tabouret. "D'une montagne haute comme celle-ci, se dit-il donc, j'apercevrai d'un coup toute la planète et tous les hommes..." Mais il n'aperçut rien que des aiguilles de roc bien aiguisées.

–Bonjour, dit-il à tout hasard.

–Bonjour... Bonjour... Bonjour... répondit l'écho.

–Qui êtes-vous? dit le petit prince.

–Qui êtes-vous... qui êtes-vous... qui êtes-vous... répondit l'écho.

–Soyez mes amis, je suis seul, dit-il.

–Je suis seul... je suis seul... Je suis seul... répondit l'écho.

"Quelle drôle de planète! pensa-t-il alors. Elle est toute sèche, et toute pointue et toute salée.

 

Et les hommes manquent d'imagination. Ils répètent ce qu'on leur dit... Chez moi j'avais une fleur: elle parlait toujours la première..."

 

XX

 

Mais il arriva que le petit prince (но случилось, что маленький принц), ayant longtemps marché (после того, как долго шел) à travers les sables (через пески: un sable), les rocs et les neiges (скалы и снега: un roc; une neige), découvrit enfin une route (обнаружил, наконец, дорогу; couvrir – покрывать, закрывать; découvrir – открывать, обнаруживать). Et les routes vont toutes chez les hommes (а дороги идут = ведут все к людям).

–Bonjour, dit-il (здравствуйте, сказал он).

C'était un jardin (это был сад) fleuri de roses (цветущий розами).

–Bonjour, dirent les roses (сказали розы).

Le petit prince les regarda (посмотрел на них). Elles ressemblaient toutes à sa fleur (они походили все на его цветок).

 

Mais il arriva que le petit prince, ayant longtemps marché à travers les sables, les rocs et les neiges, découvrit enfin une route. Et les routes vont toutes chez les hommes.

–Bonjour, dit-il.

C'était un jardin fleuri de roses.

–Bonjour, dirent les roses.

Le petit prince les regarda. Elles ressemblaient toutes à sa fleur.

 

–Qui êtes-vous (кто вы)? leur demanda-t-il (у них спросил он), stupéfait (пораженный).

–Nous sommes des roses (мы розы), dirent les roses.

–Ah! fit le petit prince...

Et il se sentit très malheureux (и он почувствовал себя очень несчастным). Sa fleur lui avait raconté (его цветок ему рассказывал) qu'elle était seule (что она была единственной) de son espèce dans l'univers (из своего вида во вселенной). Et voici (и вот) qu'il en était cinq mille (их было, оказалось пять тысяч), toutes semblables (все похожие), dans un seul jardin (в одном-единственном саду)!

"Elle serait bien vexée (она была бы весьма задета, обижена), se dit-il (сказал он себе), si elle voyait ça (если бы она увидела это)... elle tousserait (она кашляла бы) énormément (ужасно много; énorme – огромный) et ferait semblant (и сделала бы вид) de mourrir (что умирает: „умирать“) pour échapper au ridicule (чтобы избежать конфуза, чтобы не оказаться в смешном положении: ridicule – смешной /в плохом смысле/). Et je serais bien obligé (и я был бы вынужден) de faire semblant de la soigner (делать вид, что ухаживаю за ней /как за больной/), car (так как), sinon (иначе, в противном случае), pour m'humilier moi aussi (чтобы унизить меня тоже), elle se laisserait vraiment mourir (она бы и вправду умерла: „дала бы себе, пустила бы себя умереть“)..."

Puis il se dit encore (потом он сказал себе еще): "Je me croyais (я казался себе) riche d'une fleur unique (богатым = обладающим уникальным цветком), et je ne possède qu'une rose ordinaire (а я обладаю всего лишь обычной розой: „не владею ничем, кроме как обычной розой“). Ça et mes trois volcans qui m'arrivent au genou (это и мои три вулкана, которые достигают мне до колена), et dont l'un (и из которых один), peut-être (может быть), est éteint pour toujours (потух навсегда), ça ne fais pas de moi un bien grand prince (это не делает из меня большого принца)..." Et, couché dans l'herbe (и, распростершись: „распростертый“ в траве: coucher – ложиться), il pleura (он заплакал).

 

–Qui êtes-vous? leur demanda-t-il, stupéfait.

–Nous sommes des roses, dirent les roses.

–Ah! fit le petit prince...

Et il se sentit très malheureux. Sa fleur lui avait raconté qu'elle était seule de son espèce dans l'univers. Et voici qu'il en était cinq mille, toutes semblables, dans un seul jardin!

"Elle serait bien vexée, se dit-il, si elle voyait ça... elle tousserait énormément et ferait semblant de mourrir pour échapper au ridicule. Et je serais bien obligé de faire semblant de la soigner, car, sinon, pour m'humilier moi aussi, elle se laisserait vraiment mourir..."

Puis il se dit encore: "Je me croyais riche d'une fleur unique, et je ne possède qu'une rose ordinaire. Ça et mes trois volcans qui m'arrivent au genou, et dont l'un, peut-être, est éteint pour toujours, ça ne fais pas de moi un bien grand prince..." Et, couché dans l'herbe, il pleura.

 

XXI

 

C'est alors qu'apparut le renard (вот тут то и появился лис: „это тогда…“).

–Bonjour, dit le renard.

–Bonjour, répondit poliment le petit prince (добрый день, ответил вежливо маленький принц), qui se tourna (который обернулся) mais ne vit rien (но не увидел ничего).

–Je suis là (я здесь), dit la voix (сказал голос), sous le pommier (под яблоней)…

–Qui es-tu (кто ты)? dit le petit prince. Tu es bien joli (ты очень: „весьма“ красив)...

–Je suis un renard (я лис), dit le renard.

–Viens jouer avec moi (иди поиграй со мной), lui proposa le petit prince (предложил ему маленький принц). Je suis tellement triste (я так грустен = мне так грустно)...

–Je ne puis pas jouer avec toi (я не могу играть с тобой), dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé (я не приручен).

–Ah! pardon, fit le petit prince (извини, сказал маленький принц).

 

C'est alors qu'apparut le renard.

–Bonjour, dit le renard.

–Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se tourna mais ne vit rien.

 

–Je suis là, dit la voix, sous le pommier…

–Qui es-tu? dit le petit prince. Tu es bien joli...

–Je suis un renard, dit le renard.

–Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste...

–Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé.

–Ah! pardon, fit le petit prince.

 

Mais après réflexion (но после размышления), il ajouta (он добавил):

–Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" (что это значит "приручать")?

–Tu n'es pas d'ici (ты не отсюда = не местный), dit le renard, que cherches-tu (что ты здесь ищешь)?

–Je cherche les hommes (я ищу людей), dit le petit prince.Qu'est-ce que signifie "apprivoiser"?

–Les hommes, dit le renard, ils ont des fusils (у них есть ружья: un fusil) et ils chassent (и они охотятся). C'est bien gênant (это очень неудобно: „стеснительно“: gêner – стеснять)! Il élèvent aussi des poules (они разводят: „выращивают“ также кур: une poule). C'est leur seul intérêt (это их единственный интерес). Tu cherches des poules (ты ищешь кур)?

–Non (нет), dit le petit prince. Je cherche des amis (я ищу друзей). Qu'est-ce que signifie "apprivoiser"?

–C'est une chose trop oubliée (это вещь слишком забытая = давно забытое понятие), dit le renard. Ça signifie "Créer des liens (создать связи, узы: un lien)..."

–Créer des liens?

–Bien sûr (конечно),dit le renard. Tu n'es encore pour moi (ты для меня еще не кто /иной/ = всего лишь) qu'un petit garçon (как маленький мальчик) tout semblable à cent mille petits garçons (совершенно похожий на сто тысяч маленьких мальчиков). Et je n'ai pas besoin de toi (и ты мне не нужен: „не имею нужды в тебе»). Et tu n'a pas besoin de moi (и ты не имеешь нужды во мне) non plus (тоже нет). Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises (но если ты меня приручишь), nous aurons besoin l'un de l'autre (мы будем нужны один другому = друг другу). Tu seras pour moi unique au monde (ты будешь для меня единственным в мире). Je serai pour toi unique au monde (я буду для тебя единственным в мире)...

 

Mais après réflexion, il ajouta :

–Qu'est-ce que signifie "apprivoiser"?

–Tu n'es pas d'ici, dit le renard, que cherches-tu?

–Je cherche les hommes, dit le petit prince.Qu'est-ce que signifie "apprivoiser"?

–Les hommes, dit le renard, ils ont des fusils et ils chassent. C'est bien gênant! Il élèvent aussi des poules. C'est leur seul intérêt. Tu cherches des poules?

 

–Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu'est-ce que signifie "apprivoiser"?

–C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "Créer des liens..."

–Créer des liens?

–Bien sûr,dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'a pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...

 

–Je commence à comprendre (я начинаю понимать), dit le petit prince. Il y a une fleur (есть один цветок)... je crois qu'elle m'a apprivoisé (я думаю, что она меня приручила)...

–C'est possible (это возможно), dit le renard. On voit sur la Terre (на Земле видишь, видны) toutes sortes de choses (всякие вещи: „всякие разновидности вещей“ = чего только тут не увидишь)...

–Oh! ce n'est pas sur la Terre (это не на Земле), dit le petit prince. Le renard parut très intrigué (показался очень заинетесованным, заинтригованным):

–Sur une autre planète (на другой планете)?

–Oui (да).

–Il y a des chasseurs, sur cette planète-là (есть охотники на той планете)?

–Non (нет).

–Ça, c'est intéressant (это интересно)! Et des poules (а куры)?

–Non.

–Rien n'est parfait (ничто не совершенно), soupira le renard (вздохнул лис).

Mais le renard revint à son idée (но лис вернулся к своей мысли: revenir):

–Ma vie est monotone (моя жизнь одноообразна). Je chasse les poules (я охочусь за курами), les hommes me chassent (люди охотятся за мной). Toutes les poules se ressemblent (все куры одинаковы), et tous les hommes se ressemblent (и все люди походят друг на друга). Je m'ennuie donc un peu (я скучаю поэтому немного). Mais, si tu m'apprivoises (но если ты меня приручишь), ma vie sera comme ensoleillée (моя жизнь станет как озаренная /солнцем/ = озарится; le soleil – солнце). Je connaîtrai (я буду знать) un bruit de pas (шум шагов: un pas) qui sera différent de tous les autres (который будет отличен от всех других). Les autres pas me font rentrer sous terre (другие шаги меня заставляют: „делают“ зайти снова, вернуться под землю, f). Le tien m'appelera (твой /же/ будет меня вызывать) hors du terrier (наружу из логова), comme une musique (как музыка). Et puis regarde (а потом – посмотри)! Tu vois (ты видишь), là-bas (вон там), les champs de blé (поля пшеницы: un champ; un blé)? Je ne mange pas de pain (я не ем хлеба, m). Le blé pour moi est inutile (пшеница для меня бесполезна). Les champs de blé ne me rappellent rien (ни о чем мне не напоминают = ничего мне не говорят). Et ça, c'est triste (и это, это грустно)! Mais tu a des cheveux couleur d'or (но у тебя волосы цвета золота). Alors ce sera merveilleux (тогда, итак, это будет чудесно) quand tu m'aura apprivoisé (когда ты меня приручишь)! Le blé, qui est doré (пшеница, которая золотится: „золоченая, золотистого цвета“), me fera souvenir de toi (будет мне напоминать о тебе). Et j'aimerai (и мне будет приятен, будет нравиться: „я полюблю“) le bruit du vent dans le blé (шум ветра в пшенице)...


Просмотров 328

Эта страница нарушает авторские права




allrefrs.ru - 2021 год. Все права принадлежат их авторам!