:

(936)
(6393)
(744)
(25)
(1497)
(2184)
(3938)
(5778)
(5918)
(9278)
(2776)
(13883)
(26404)
(321)
(56518)
(1833)
(23400)
(2350)
(17942)
(5741)
(14634)
(1043)
(440)
(17336)
(4931)
(6055)
(9200)
(7621)






Normalisées Familières



Ecouter qn comme un oracle à cheval donné on ne regarde pas la

bouche

Ferme comme un roc

VI. Quant aux unités phraséologiques, elles sont employées dans la conversation courante et appartiennent aussi aux différents niveaux stylistiques.

Normalisé Familier
Battre froid à qn Croquer le marmot
Tenir tête à qn Echapper belle
Faire des siennes -
Faire des gorges chaudes -
Conter fleurette -

VII. La langue parlée, émotive de sa nature, préfère lexagération dans les termes = lhyperbole. On exagère : lexpression de ses sentiments, la qualité des choses, des êtres.

Les formules hyperboliques : Je meurs de faim, de soif. C est à mourir de rire.

Les épithètes hyperboliques :

Pour marquer ladmiration, étonnement on emploie des adjectifs laudatifs : affolant, épatant, formidable, passionnant, sensationnel.

Pour dire le mépris on emploie des adjectifs dépréciatifs : détestable, impensable, monstrueux, mortel.

Les adverbes du langage normalisé : extrêmement, follement; ou bien du langage familier (populaire) : drôlement, vachement, atrocement etc. remplacent dans laconversation courante ladverbe très et semploient avec des mots avec qui, au fond, ne se marient pas.

Il était atrocement beau. Je suis vachement heureuse.

Pour insister sur une qualité, on recourt au redoublement de ladjectif ou de ladverbe :

Il faut être humble, humble.Mon vieux, cest embêtant 3 f.

VIII. La langue parlée afin déviter lévocation dune réalité désagréable, ou choquante, par politesse on remplace un mot par un autre,par une périphrase imagée.



Ce procédé connu sous le nom deuphémisme est propre à la langue parlée normalisée et fémilière.

Mourir = sen aller, partir,quitter la vie → normalisé

Mourir = tourner de loeil, casser la pipe, dire bonsoir à la compagnie → familier

Parfois, par délicatesse, par modestie, on emploie la litote le procédé qui consiste en ce quon nie le contraire de ce quon veut faire entendre. On exprime la négation par laffirmation et le contraire.

Laide → nest ni jeune , ni belle.

Gros → il nest pas maigre

IX. La langue parlée emploie aussi lantiphrase on dit ironiquement, le contraire de ce quon veut faire entendre. La situation et le contexte, lintonation déterminent le sens de lexpression.

Beau spectacle! (à la vue de qch de laid)

X. Les mots et les locutions à couleur stylistique familière ou populaire ont des synonymes à couleur stylistique zéro. Une même notion est souvent exprimée par différentes unités lexicologiques, mots isolés ou locutions; lensemble de ces unités groupées par la communauté du sens est ce quon nomme une série synonymique. Les synonymes à nuances expressives et affectives abondent dans le français parlé , laniment et le colorent.



Valeur stylistique zéro Familière Populaire
enfant Gosse, môme Loupiot, momignard
visage Gueule Tronche
Senfuir Filer Se tirer, ficher le camp, jouer les flûtes

Les synonymes stylistiques peuvent traduire des nuances sémantiques que nul mot stylistiquement neutre ne saurait exprimer

 

plaisanter Gouailler = plaisanter sans délicatesse ,
Goguenarder = plaisanter avec affectation ,

hacun de ces termes exprime un aspect particulier de la même notion.

Ex. des locutions phraséologiquessynonymiques stylistiquement :

Valeur neutre Familière Populaire
Avoir de la chance Avoir de la veine Avoir le filon
Avoir peur Avoir une peur bleue, avoir la trembole, avoir le trac Avoir la trousse, avoir les grelots, avoir la trouille

XI. La langue parlée nayant pas le souci dexactitude et de précision, le mot propre est souvent remplacé, dans la conversation familière par un mot-omnibus.

On se sert de chose, machin, truc si on ne présente pas immédiatement à leprit un nom de personne,un mot technique ou mot concret.

 

 

Séminaire II.

I. Les particularités du français parlé :

1) Le lexique et la phraséologie.

2) La morphologie.

3) La syntaxe expressive.

4) La prononciation.

II. Faites lanalyse lexico- stylistique des textes. Relevez des traits particuliers du style parlé.

 

 


459

allrefrs.ru - 2020 . !